arts louise lachance legault
medium mixte, mixed media

Blog

Toujours plus haut!!!!! Voilà ma devise!!!!!!

Je me réveille à la barre du jour. Je me prépare encore une fois à revivre une passion, mon travail. Je suis un homme ordinaire. Taciturne et posé, armé d’une large carrure, j’ai deux yeux orageux, un nez sophistiqué, une bouche arrondie, comme 99,99% des gens en ont au milieu du visage. Mes cheveux gonflés naturellement laissent tomber une mèche rebelle, sur ma peau bronzée.

Une caresse et un beau clin d’œil à mon fils, et j’agrippe mon sac et ma ceinture bourrée d’outils hétéroclites : je chausse mes grosses bottines, et je parcours à pied les kilomètres qui me séparent de ce lieu unique tant convoité.

Sachertorte en main, je perce le trafic turbulent, la foule entremêlée, les visages sophistiqués, les décors variés. La fourmilière alourdie est déjà une cacophonie dans la ville.

Aventure de tous les jours, il faut du sang froid pour affronter les choses les plus imprévisibles.

Je n’ai pas toujours eu le courage pour faire ce métier ayant souffert d’autisme dans ma jeunesse. A force de rencontres assidues, avec de l’aide j’ai apprivoisé la vie et la manière de vivre.

Je prends haleine un instant, puis je me remets à escalader les marches qui mènent à la plateforme panoramique : avec le câble bien noué à mon attelage je me hisse jusqu’à l’endroit requis pour atteindre le sommet de 137 mètres.

Aujourd’hui avec des gestes précis et énergiques, avec mes mains colossales, je redonne vie et beauté à des trésors génésiaques.

En flottant dans le vide, ignorant maintenant tous les bruits terrestres, je suis heureux d’être séparé des hommes. Je souris. L'air pur, la vie à perte de vue de ce panorama à mes pieds communique la sérénité à mon âme.

Mes mouvements lents et généreux me comblent telle une musique. Je voulais cette force : je savoure cet isolement cherchant à affronter le monde : c’est la symphonie silencieuse. Je suis le chef de cet opéra!

Mon geste est tantôt un chant de bel canto, caractérisé par la beauté du son et la recherche de la virtuosité, tantôt une ouverture de mon œuvre lyrique, une berceuse dans le vent, un concerto avec la voix de mes compagnons, une barcarolle de gondoliers, une contredanse de rythme rapide et un nocturne rêveur et mélancolique.

C’est l’orage d'un corps-à-corps, avec des siècles d’histoire. C’est l'espoir d'une réussite méritée. C’est la mélodie d'une domination. C’est la voix des anges. Les hirondelles ont disparues laissant la place d’honneur à l’immensité minuscule.

La Flèche du pointu gothique doré, symbole et âme de Vienne depuis près de 1000 ans revit et me fait rêver.

Comme Einstein j’ai survécu et survivrai encore jour après jour.

Tout le long de ma descente du clocher, des sons magnifiques et puissants s’élèvent et

vibrent à travers les murs de la cathédrale. L’ami Étienne touchait l’orgue.

Ce soir, hosanna! Albert continuera à faire vibrer et danser corps et âmes. En compagnie de ses amis musiciens, il participera au concert avec les quatre saisons de Vivaldi et les célèbres valses de Strauss.

LLL octobre 2012